Les Routes du Tissu

Print Friendly

Naquane 1

TRACCE no. 12 – by Don Sina Ecole moyenne (Esine, Valcamonica)


Nous sommes les élèves de la troisième classe, section C de l’école moyenne “Don Alessandro Sina” (BS). Sous la direction de notre professeur d’histoire et de deux archéologues de “Les traces de l’homme” de Cerveno nous avons suivi un itinéraire didactique dont le titre est: “Les routes du tissu”.


Back to Index

Nous sommes les élèves de la troisième classe, section C de l’école moyenne “Don Alessandro Sina” (BS). Sous la direction de notre professeur d’histoire Mauro Moraschini et de deux archéologues Angelo Fossati et Elena Marchi de la Coopérative Archéologique” Les traces de l’homme” de Cerveno nous avons suivi un itinéraire didactique dont le titre est: “Les routes du tissu”.

Women scutching the raw flax (from Scheuermeier 1956)

Musée ethnographique de Ossimo (BS), la salle dédiée au tissage (photo G. Zerla) The room of the weaving at the Ossimo Ethnographic Museum (BS) (photo by G. Zerla)

En effet nous nous sommes dévoués à connaître et à revivre l’histoire du tissage, usage dont les origines remontent au Paléolithique. Primitivement on tissait surtout des substances végétales telles que le lin, la chanvre, le coton, le spart, la canne, le jonc de marais, le papyrus, l’ortie, l’alfa et des plantes entre les quelles le chêne, le tilleul, le saule et l’orme. Entre les végétaux eurent beaucoup de chance le lin, le coton et la chanvre. Les procédés principaux pour la production des fils d e -.3 végétaux sont: le séchage, le rouissage, l’écangage (séparation de la fibre de l’écorce), le teillage (battage avec des spatules), le peignage et enfin le véritable filage. Dans les régions alpines la découverte de la momie Similaun, un homme vécu à la fin du Néolithique. qui portait encore un manteau formé d’herbes nattées et des chaussures doubles avec des substances végétales, a prouvé que la laine et la soie, substances d’origine animale, furent introduites après.

Reconstruction des vêtements de l’homme du Similaun (Egg & Spindler 1993) – Reconstruction of the dress of the Similaun Man (from Egg & Spindler 1993)

Au cours de notre recherche nous sommes allés au Musée Ethnographique de Ossimo où nous avons observé des objets qu’autrefois on utilisait pour tisser, tandis que dans le village de Monno, dans la Haute Valcamonica, nous avons visité l’atelier d’une femme qui, encore à nos jours, produit des tapie en utilisant un métier horizontal: ici quelqu’un d’entre noue a pu s’improviser tisserand en essayant à utiliser le métier et, chose étrange, il s’agissait surtout de garçons, puisqu’il parait que les filles aient perdu ces anciennes passions. Les anciens témoignages prouvent, au contraire que le tissage était une attribution des femmes qu’on se léguait de génération en génération.

Evidemment l’industrie textile d’aujourd’hui est très différente: en effet, autrefois, on tissait et on filait le produit qu’on trouvait sur place et on le travaillait à la main. A nos jours, celui-ci est Importé de plusieurs payt3 étrangers comme la visite à l’industrie Filati Franzoni, nous a montré. Ici on nous a expliqué la transformation du coton importé de l’Australie, de la Russie et de l’Egypte, au fil de coton. Grâce à la mécanisation on peut compter sur une qualité toujours constante et de plus en plus de valeur qui puisse répondre aux exigences des clients.

Quelqu’un d’entre nous a demandé à ses parents et à ses amis d’un certain âge de raconter leur expérience de travail dans ce domaine. Voilà deux interviews.

Valcamonica, Parc Nationale de Naquane, roche 1,métier à tisser (Fin de l’âge du Bronze – début de l’âge du Fer) et figure humaine (relevé Orme dell’Uomo) – A woman working on a loom. Rock 1, Naquane National Engravings Park, Capo di Ponte (BS). Drawing by Le Orme dell’Uomo

“…je suis allée a la filature quand j’avais neuf ans, loin de me famille. La filature était à Bergamo. Là on nous traitait assez bien, nous nourrissions avec de l’eau de haricots. Moi, je dormais à côté du métier car je n’avais pas assez d’argent pour me payer une chambre. Il y avait plus de filles que de femmes; on gagnait dix lires, assez pour acheter une galette. Pendant qu’on travaillait on chantait des chansons dont je ne me rappelle plus. On récitait notre chapelet et quand le patron arrivait… personne ne bougeait sinon on nous frappait. L’endroit était putride, malsaine: c’est pour ça que je suis tombée malade et je ne suis plus retournée à Bergamo.”

(Tante Beatrice)

“…On partait à quatre heures du matin pour aller travailler à Cogno: on se mêlait à celles qui venaient de Breno, Berzo, Esine, Cividate: on chantait toujours “quel mazzolin di fiori” et “la donnicciola” et d’autres chansons que je ne me rappelle plus. Vers cinq heures trente, six heures on arrivait à destination prêtes pour travail. Mon rayon était assez propre. On déjeunait avec un sandwich et un morceau de fromage qu’on avait porté de chez nous. Tous les jours c’était la même chose”.

(Tante Maria)

Au cours des dernières leçons nous avons aussi parlé de la soie, c’est a dire de 1’involucre protecteur de la chenille dont le cycle productif est: élevage du ver à soie, tirage de la soie, renvidage, tordage, teinture, tissage on dit qui ont été les Chinois les premiers dans 1’èlevage du ver à soie et on raconte d’une reine qui était en train de boire du thé sous un mûrier et tout à coup un ver lui tomba dans la tasse: l’eau bouillante liquéfia la séricine indurée du cocon tout en permettant le dévidage du fil. De ce moment là on le cultiva. Même ai nos paysans produisaient la soie, ils ne 1’utilisaient pas, ce tissu était en effet utilisé par les riches ou pour décorer les églises.

Nous sommes très contente d’avoir eu 1’opportunité de découvrir beaucoup de choses intéressantes, d’avoir pu comparer les méthodes anciennes avec celles modernes, d’avoir pu connaître comment naissent les fils pour nos vêtements. Nous sommes convaincus que ce que nous avons appris pourra nous être utile dans le futur et nous espérons de pouvoir refaire encore une expérience comme celle que noue venons de faire.

3B classe
Ecole moyenne Don Sina de Esine (Valcamonica)

 

Footsteps of Man
RockArtNet


back to index TRACCE no. n.10Back to IndexAURA 2000


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

nine + 7 =