La Grotte Chauvet-Pont-d’Arc (EuroPreArt)

Print Friendly
chauv150

Rhinocéros

[la fiche de EuroPreArt, 2002] La grotte fut découverte le 18 décembre 1994 par trois spéléologues (J.M. Chauvet, E. Brunel-Deschamps, C. Hillaire), et immédiatement authentifiée par les spécialistes (visite de J. Clottes 10 jours après la découverte). La grotte n’a pas connu de visites humaines entre le Paléolithique et sa redécouverte en 1994, ce qui a permis une excellente préservation des ouvres pariétales mais aussi de tout le contexte archéologique.

by Laurence Remacle, Université de Liège


La Grotte Chauvet-Pont-d’Arc
la fiche de EuroPreArt (2002)

eurologg

EuroPreArt, European Prehistoric Art database, www.europreart.net

En ligne sur EuroPreArt, European Prehistoric Art database

by Laurence Remacle, Université de Liège

chauv_europreart

Grotte Chauvet-Pont-d’Arc, la fiche de EuroPreArt (2002)

France, Ardèche, Grotte Chauvet-Pont-d’Arc.

Mots-clés: Palaeolithic, Aurignacian, Gravetian, Incisions, Painting, Cave-art, drawing, shading, Fingerprint, footprint, wall, ground, frieze, clay, natural relief, calcite, equid, bovine, rhinoceros, bear, feline, mammoth, ibex, cervid, reindeer, ovibos, indeterminate figure, negative hand, positive hand, complex sign, claviform sign, dot, AMS, direct dating, C14, bear print, anthropic structure, fac-simile, hybrid figure, sexual symbol, bones, style IV (A. Leroi-Gourhan).

chauv001_01

Plan de la grotte (relevé dans Chauvet et alii, 1995, p. 14)

La grotte s’ouvre au pied des falaises du cirque d’Estre (méandre abandonné de l’Ardèche). De nombreuses grottes, dont plusieurs ornées, sont creusées dans les gorges de l’Ardèche, autour du Pont-d’Arc (la Vacheresse, le Planchard entre autre)

chauv001_02

Vue d’un cheval gravé (photo Chauvet et alii, 1995, p. 37)

La grotte est découverte le 18 décembre 1994 par trois spéléologues (J.M. Chauvet, E. Brunel-Deschamps, C. Hillaire), et immédiatement authentifiée par les spécialistes (visite de J. Clottes 10 jours après la découverte). La découverte est révélée au public le 18 janvier 1995.

Des mesures de protection sont prises rapidement: le classement comme Monument historique intervient le 13 octobre 1995; le site devient propriété de l’Etat le 14 février 1997.

Le ministère français de la Culture lance un appel d’offres pour entamer l’étude scientifique de la grotte. L’équipe pluridisciplinaire retenue, dirigée par J. Clottes, entame alors divers travaux d’inventaire, relevés graphiques et photographiques (traditionnel, numérique, infra-rouge et ultra-violet, macrophotographie, photogrammétrie), analyses (étude des pigments, datations C14, analyse des sols et des empreintes, hydrogéologie et géologie.), récemment publiés dans une monographie (2001).

Le site n’est pas ouvert au public; la réalisation d’un fac-similé partiel et d’un ensemble muséal est prevu. La conservation des ouvres pariétales et du contexte archéologique sont un des soucis majeurs de l’équipe de recherche. La grotte est fréquentée de manière ponctuelle, lors de campagnes d’étude bisannuelles, au cours desquelles les chercheurs respectent un itinéraire balisé au sol et une durée de visite limitée. Un système de surveillance audio et vidéo ainsi qu’une solide fermeture protègent les abords de la grotte. A l’intérieur, un appareillage complexe assure la surveillance des conditions climatiques (hygrométrie, température, concrétionnement) et biochimiques (bactériologie).

chauv001_03

Vue d’un ours du Vestibule des Ours (photo Chauvet et alii, 1995, p. 23)

La grotte n’a pas connu de visites humaines entre le Paléolithique et sa redécouverte en 1994, ce qui a permis une excellente préservation des ouvres pariétales mais aussi de tout le contexte archéologique (empreintes de pas humains et animaux, vestiges osseux et industrie, structures anthropiques, bauges d’ours etc).

chauv001_04

Vue d’un troupeau de rhinocéros, sur le Panneau des Lions (photo Chauvet et alii, 1995, p. 105)

La grotte, de vastes proportions, se déploie en plusieurs salles sur une longueur totale d’environ 500 m, suivant un plan en “Y”. Les ouvres pariétales, peintures et gravures, se répartissent en de nombreux panneaux dans tous les secteurs de la cavité: la salle d’entrée, la salle Morel (possible accès extérieur paléolithique), la salle Brunel (plusieurs ensembles de ponctuations-mains positives partielles, signes complexes et diverticule des Ours; prédominance du pigment rouge), la Salle des Bauges (non ornée), la Galerie du Cactus (mammouths, félins et ours rouges exploitant les reliefs naturels de la salle), la galerie des Panneaux rouges (prolongement de la salle des Bauges, longue suite de panneaux ornés sur la paroi droite), les salles Rouzaud (traces de pigments), du Cierge (“antichambre” des salles profondes, zone de transition du décor), Hillaire (carrefour du “Y”, décorations tracées au doigt sur l’argile couvrant les parois et quelques figures noires postérieures), du Crâne (crâne d’ours posé intentionnellement sur un bloc effondré), des Croisillons (figures tracées au doigt sur revêtements tendres), des Chevaux (longue et spectaculaire frise noire, comprenant une cinquantaine de figures, dont la stratigraphie figurative a pu être étudiée en partie), des Mégacéros (gravures et peintures noires, thèmes animaliers divers) et du Fond (vaste composition de figures noires – lions,rhinocéros, mammouths, chevaux, bisons – , figure hybride associé à une vénus sur un pendant rocheux).

chauv001_05

Vue d’un personnage hybride associé à une figure féminine (photo Y. Le Guillou dans Clottes et alii, 2001, p. 168)

On peut compter 420 figures, pour la plupart d’animaux, dont:

  • 65 rhinocéros;
  • 72 félins;
  • 66 mammouths;
  • 40 chevaux;
  • 31 bisons;
  • 10 aurochs;
  • 20 bouquetins;
  • 25 cervidés;
  • 15 ours;
  • 2 boufs musqués;
  • 6 mains positives;
  • 5 mains négatives;
  • 5 symboles sexuels;
  • 1 anthropomorphe hybride;
  • 2 animaux composites;
  • 78 animaux indéterminés;
  • environ 500 ponctuations et mains positives partielles;
  • 45 ensembles de signes.

Plusieurs dates radiocarbone ont été obtenues (méthode AMS), tant sur les pigments des ouvres pariétales que sur des mouchages de torches ou des charbons trouvés au sol.

Selons les données disponibiles jusqu’au 2002, les résultats montrent l’existence deux phases d’activités, la première entre 32 et 30000 BP (Aurignacien), la seconde entre 27 et 25000 BP (gravettien).

Une troisième phase plus récente semble attestée autour de 23000 BP.

Les figures de la grotte Chauvet constituent donc une des plus anciennes et spectaculaires manifestations d’art paléolithique du domaine franco-cantabrique. Le style et l’iconographie des figures peut se rapprocher de l’art mobilier aurignacien du Jura Souabe (Vogelherd, Hohlenstein-Stadel).

Laurence Remacle

chauv001_06

Vue d’un panneau orné de ponctuations réalisées avec la paume de la main (photo D. Baffier et V. Feruglio dans Clottes et alii, 2001, p. 165)


Bibliographie
(jusqu’au 2002)

CHAUVET J.M., BRUNEL-DESCHAMPS E., HILLAIRE C., 1995. La grotte Chauvet à Vallon-Pont-d’Arc (07), Seuil, Paris, pag. 118
CLOTTES J., 2000. Vallon-Pont-d’Arc. Grotte Chauvet-Pont-d’Arc, in Bilan scientifique 1998, DRAC Rhône-Alpes, Service régional de l’Archéologie, pag. 55-57
CLOTTES J. ET ALII, 2001. La grotte Chauvet. L’art des origines, in collection “Arts rupestres”, Seuil, Paris, pag.
CLOTTES J., CHAUVET J.M., BRUNEL-DESCHAMPS E., HILLAIRE C., DAUGAS J.P., ET ALII, 1995. Dates radiocarbone pour la grotte Chauvet-Pont-d’Arc, in INORA, n° 11, pag. 1-2
CLOTTES J., GELY B., LE GUILLOU Y., 1999. Dénombrements en 1998 des représentations animales de la grotte Chauvet (Vallon-Pont-d’Arc, France), in INORA, n° 23, pag. 18-25
FRITZ C., TOSELLO G., 2000. Observations techniques sur le panneau des chevaux de la grotte Chauvet. Exemple des rhinocéros affrontés, in INORA, n° 26
GARCIA M.A., 1999. Grotte Chauvet. Eléments nouveaux du contexte archéologique, in INORA, n° 23, pag. 25-29
GELY B., 2000. Vallon-Pont-d’Arc. Grotte Chauvet-Pont-d’Arc, in Bilan scientifique 1998, DRAC Rhône-Alpes, Service régional de l’Archéologie, pag. 57-58



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

15 − two =