De Foz Côa à l’ensemble du territoire Portugais

Print Friendly

Palaeolithic figure

TRACCE no. 5 – by Luiz Oosterbeek


De Foz Côa à l’ensemble du territoire Portugais: pur un nouveau rapport du Patrimoine avec la Société
Les musées sont aperçus, souvent, come des lieux de mémoire. Cette vision, certainement valable, est pourtant restreinte.

back to index

Special Côa: U.I.S.P.P. XIII CONGRES – WS 22: Interventions pour une Muséographie moderne

Côa panoramic view

Côa valley panoramic view

Les musées sont aperçus, souvent, come des lieux de mémoire. Cette vision, certainement valable, est pourtant restreinte. Il nous faut percevoir la mémoire comme un processus d’interaction avec le présent et ses problèmes; dans ce sens, les musées, ou les espaces muséologiques, ce sont des espaces de pouvoir, ainsi que d’éducation et de loisir.

La conception muséologique de l’Archéologie dominante au Portugal fut jusqu’à présent celle de préserver des “fenêtres ouvertes sur le passé”. Cette démarche, même si elle a permis de préserver quelques vestiges, les a intégré surtout comme des éléments purement esthétiques dans le décor urbain. C’est à dire que la valeur dominante n’était pas la préservation du patrimoine archéologique dans le cadre du paysage; c’était la préservation de sites fragmentés dans le cadre de la pression de l’urbanisme.

Ce besoin originel de faire face à la pression des travaux publiques est aussi devenu un élément majeur de blocage d’une politique articulée et intégrée de valorisation du patrimoine archéologique.
Le résultat direct de cette politique fut soit la moindre valorisation sociale de l’Archéologie et de la Pré-Histoire dans le cadre du Patrimoine, soit l’isolement d’une communauté d’experts méprisée par le pouvoir. L’affaire de Foz Côa en fut le résultat premier, mais aussi ce qui a imposée une réflection généralisée sur le besoin de trouver de nouveaux instruments pour poursuivre l’action de l’État dans ce domaine.

Il y a des racines différentes qui se sont combinées pour la définition d’un nouveau programme archéologique et muséographique au Portugal: la croissance numérique et qualitative de la communauté d’archéologues (environs 250 à présent); la nouvelle dynamique des musées portugais; l’engagement de larges secteurs de la société, et surtout de la jeunesse, dans la campagne pour sauver le patrimoine archéologique de la Vallée du Côa.

Canada do Inferno engravings

Canada do Inferno engraved panel

A Foz Côa, comme vous le savez, le gouvernement a décidé de ne pas construire le barrage qui menaçait le complexe archéologique. À sa place, il a décidé d'en faire un projet intégré de développement, dont le coeur est un parc archéologique.

Le mois d’Août, les premiers pas de ce parc ont été présentés au public: deux centres d’accueil, dont l’un dans le village de Foz Côa et l’autre dans le village de Castelo Melhor. Ce dernier est une petite maison rurale récupérée dans le respect de l’environnement.

À présent, quatre véhicules amènent des visiteurs sur trois des sites à gravures, des petites publications sont issues, des travaux de terrain ont été faits.

Il faut dire que c’est un bon bilan, si on considère que il y a moins d’une année le complexe était menacé d’être noyé. C’est le grand investissement du gouvernement (politique et financier, avec un budget qui, en réponse aux espoirs des archéologues, a représenté environs le 35% du budget national de l’archéologie) mais aussi des archéologues portugais et étrangers, que ca c’est fait. C’est pourtant, il faut le dire, encore très peut vis a vis de ce que peut et doit être fait.

La question muséographique à Foz Côa ne se limite pas à la construction de un ou deux musées ou de trois ou quatre centres.

Tout d'abord il faut comprendre que le visiteur se déplace à la région non pas pour rentrer dans un musée, mais surtout pour voir les gravures dans son contexte. Et ce contexte est archéologique mais aussi environnemental et social.

La fruition des gravures est, alors, différente selon les publiques. L’archéologie, le vin ou les amendes, ce sont des parties d’une même réalité: la réalité qui impose une intervention muséologique sur toute la vallée, car la vallée c’est le véritable musée.

Un programme muséologique dans ce cadre doit faire inclusion á un certain nombre d'éléments:

Côa Park

Côa Archaeological Park traffic sign

  • présenter la vallée dans son cadre culturel national et international, pour que son importance exceptionnelle sois comprise;
  • être un espace de loisir et de formation, flexible pour attirer l’attention de publiques différents (chercheurs, étudiants, familles, enfants,…);
  • prévoir des circuits variées: il y aura des personnes intéressées à voir seulement les gravures, mais d’autres qui voudront rester auprès d’un site pour une journée entière;
  • articuler des parcours déterminés avec la possibilité de circuler librement (avec des contrôles localisés) dans la vallée;
  • développer des outils multi-média et inter-actifs;
  • pousser la dimension pédagogique, en particulier en association avec les centres d’enseignement supérieur au Portugal et à l’échelle internationale;
  • être construit en association avec les populations de la région et leurs représentants, tout en protégeant le projet du parc d’éventuelles contradictions politiques locales;
  • présenter en permanence, même si a des niveaux différents, l’importance première de la recherche archéologique, qui ne doit pas se fermer dans une tour d’ivoire;
  • souligner la dimension internationale du patrimoine de la vallée, attirant dés le début l’engagement d’équipes internationales de chercheurs, en refusant toute démarche xénophobe, et en constituant une commission international et de chercheurs pour accompagner les travaux dans la vallée;
  • reprendre l’idée d’un développement intégré de la région qui trouve son coeur dans le complexe archéologique, et que pour cette raison l’archéologie ne doit pas être dissoute sous d’autres composants, même si elles sont importantes (comme l’environnement).

J’en suis persuadé que la tendance dans le futur sera cette ce, avec des nuances propres de la réalité, toujours plus riche que l’on ne soupçonne, parfois même faite de reculs et pas seulement d’avancées.

Foz Côa peut se présenter comme un exemple á répandir dans le Portugal et ailleurs, surtout sur des zones moins favorisées au point de vue économique.

La muséographie portugaise en pré-histoire n’a pas encore atteint le niveau de quelques des exemples que nous voyons aujourd’hui. Pourtant, la réflexion muséographique au Portugal, et les perspectives de très importants développements dans le prochain avenir sont déjà très importants et deviendrons, avec vôtre collaboration, de très grands succès.

Luiz Oosterbeek
Réseau Européen d’Archéologie, Escola Superior de Tecnologia e Gestão de Tomar

back to index

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

one × 5 =